Hué : une destination so viêt !

Hué est une ville à part. Petite ville de 350 000 habitants située au centre du Vietnam, elle est célèbre de par le monde car elle est la seule cité impériale du pays encore debout. Certes pas intégralement – l’offensive du Têt de 1968, pendant la Guerre américaine, ayant ravagé le site – mais son mur d’enceinte et ses temples restituent très bien l’atmosphère de la cité bicentenaire.

Créée en 1802 par Gia Long, premier des 13 empereurs Nguyen, la cité impériale fut la résidence et forteresse de la famille royale jusqu’à la démission de son ultime représentant Bao Dai qui abdiqua en 1945 (il mourut en France, ruiné, dans un deux pièces parisien en 1997). La ville était organisée sur trois niveaux et donc trois enceintes (de la plus grande à la plus petite) : la ville impériale, la cité royale et la cité pourpre interdite. Cette dernière, construite sur le modèle chinois, était un espace réservé au Roi, à la Reine, aux concubines (très nombreuses comme vous le verrez) et aux eunuques.

Aujourd’hui, la cité royale a été transformée en musée, mais l’ancienne ville impériale abrite toujours 60 000 personnes environ. Construite face à la rivière des parfums (nommée ainsi en raison des herbes médicinales qui poussaient jadis sur ses rives), elle fait face à la ville moderne, sympathique petite ville vietnamienne.
Hué est également connue pour ses tombeaux d’Empereurs Nguyen disséminés un peu partout dans la campagne environnante. Et le mot tombeau est très réducteur tant certains espaces sont plus des maisons de campagne que de simples tombeaux. Les 13 Empereurs n’ont pas fait construire de tombeaux aussi imposants, mais 7 d’entre eux se sont quand mêmes fait plaisir (nous avons visité les trois principaux) !

Voilà pour le contexte !

Arrivés avec Philou et Mimi la veille soir, nous avons décidé de démarrer nos visites le samedi en prenant un bateau privé pour la journée, et sommes partis visiter les principaux tombeaux accompagnés d’un guide local. Les bateaux locaux appartiennent à des familles de pêcheurs qui ont dû se recycler dans le tourisme, faute de poissons dans la rivière.

Premier arrêt : le tombeau de Tu Duc. Le numéro 4 des Nguyen (ce sera plus facile de s’y repérer).
Les Empereurs Nguyen n’ont globalement pas eu une réelle importance dans la géopolitique locale. Ils ont traversé la colonisation grandissante et les deux guerres mondiales, et ont surtout été des pantins dans l’ombre des colonisateurs français. Qui plus est, on parle d’ « Empire » mais cela est tout relatif. Autant les Empires Siam et Khmer ont connu leur heure de gloire et un territoire très étendu, autant le Vietnam (ou l’Annam, de 628 à 939) a connu une histoire plus complexe. Divisé à divers périodes entre chinois, viets, khmers et chams (dont nous avons vu quelques vestiges notamment près de Hoi Anh sur le site de My Son et à Nha Trang), le territoire de l’actuel Vietnam fut modelé au fil des siècles par les différents jeux d’influence qui s’y sont déroulés. La période que nous avons traversés est assez récente et couvre deux siècles.

Mais revenons à Tu Duc. Il eut le règne le plus long de toute la dynastie (1847 – 1883). Malgré ses 104 épouses et ses innombrables concubines, Tu Duc ne laissa aucune descendance, probablement parce qu’il avait contracté les oreillons étant enfant, ce qui l’aurait rendu stérile. Son tombeau est en fait un immense espace qui faisait office de résidence de week-end (pour lire, écrire de la poésie…) où il venait se reposer avec sa famille et son harem. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était pas un Tu Duc-u (Copyright Philou pour cette incroyable blague) ! De magnifiques bassins à nénuphars épousant des bâtiments en bois où vient s’engouffrer l’air (je précise qu’il a fait environ 40°C durant tout le weekend), un jardin magnifique rempli d’arbres et d’anciennes maisons de concubines, sans oublier le tombeau à proprement parlé, tout en sobriété par rapport au reste. On précisera que Tu Duc avait appelé tous les bâtiments avec des superlatifs non-équivoques (« grandeur suprême » …). Suite aux critiques des érudits de la cour, il décida de modifier ces noms pour leur donner un style moins prétentieux comme « modestie suprême » par exemple… Assez drôle quand on voit la taille de sa dernière demeure.

Ce site (au même titre que les suivants ainsi que la citadelle) a demandé des années de travail acharné de milliers d’ouvriers (et beaucoup de morts). Il suit un plan précis et calculé par les géomanciens.
Un site réellement magnifique et très bien conservé.

Le deuxième stop fut pour Khai Dinh, le numéro 12, Empereur de 1916 à 1925.
Ici, il ne s’agit « que » d’une tombe mais quelle tombe ! Enorme construction de béton essentiellement mélangeant des éléments d’architecture français, vietnamiens et bouddhiques, elle donne une vue magnifique sur le paysage de collines entourant la bute.
Khai Dinh fut peu aimé du peuple car un brin mégalo et totalement pris sous l’influence française. Il a même augmenté les impôts de 30% pour pouvoir faire construire sa tombe !

Le troisième stop et dernière tombe visitée fut celle de Minh Mang, le numéro 2, certainement la plus célèbre d’Hué. Il s’agit également ici plus d’un lieu de repos pour le week-end que d’une tombe, tant l’espace est vaste. Une très belle visite, mais moins romantique et enivrant que la tombe de Tu Duc. Minh Mang fut le seul des Empereurs à ne pas voir du tout l’œuvre qu’il avait dessiné sur le papier puisqu’il mourut avant le début des travaux. Il eut une trentaine de femmes, autour de 300 concubines et 142 enfants (!). On devine donc qu’il ne devait pas beaucoup dormir…

Après un sympathique repas local sur le bateau préparé par la famille vietnamienne, nous avons remonté la rivière des parfums (le tombeau le plus lointain que nous avons visité étant tout de même à 2H30 en bateau depuis Hué) en direction de la ville.

La dernière halte de ce périple fut la visite de la pagode Thien Mu et sa célébrissime tour à 7 étages représentant les 7 états de Buddha.

Petit aparté : on peut y découvrir une voiture bleue tristement célèbre puisqu’elle appartient au bonze qui s’est immolé par le feu le 11 juin 1963 à Saigon, en signe de protestation contre la répression antibouddhiste ordonnée par le président catholique Diêm. L’image a fait le tour du monde et les fans du groupe Rage Against The Machine la connaissent bien.

Hué organise tous les deux ans, durant une semaine et deux weekends un festival international de musique et théâtre dans l’enceinte de la cité royale. Réputée comme étant la plus grande ville de culture et de musique au Vietnam, elle a eu à cœur de récupérer et développer cette réputation après la guerre en mettant en place ce festival. Et par pur hasard, notre samedi soir était le dernier jour de ce fameux festival ! Nous avons donc sillonné la cité royale de nuit (magnifique visite hors du temps…) et observé des danses coréennes, spectacles de musiques divers et variés et défilé de mode des différents pays asiatiques.

Le dimanche fut réservé à la visite de la Cité royale. Seul environ le quart des bâtiments qui composaient la cité royale sont aujourd’hui debout, les américains ayant tout détruit lors de l’offensive du Têt en 1968. Cela dit, il reste beaucoup de très beaux bâtiments à visiter et d’anecdotes à écouter sur ce qui fut l’espace de vie des Empereurs vietnamiens pendant 150 ans environ. Jardins et bâtiments se marient à merveille, et le peu de touristes présents (peut être terrassés par l’accablante chaleur qui régnait sur le site) ont rendu cette visite encore plus plaisante.

Notre journée s’est ensuite tranquillement terminée par une visite du marché local.

Après Phu Quoc, et évidemment Saigon, Hué est une ville qui est pour moi un Must du Vietnam. Visites magnifiques, cadre superbe, ville agréable… L’Histoire fait corps avec la ville et la vie moderne pour donner (enfin !) accès à l’Histoire de notre pays hôte.

Publicités
Cet article, publié dans Centre, Hué, Photos, Voyages au Vietnam, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Hué : une destination so viêt !

  1. Philippe Couture dit :

    Encore bravo pour ta rapidité et pour le contenu. J’étudierai cela plus précisément ce soir. Pour info, Mimi vient juste de mettre en ligne Con Dao! Tu lui diras que ses lecteurs demandent un peu plus de réactivité.

  2. JC.P Couture dit :

    Nous avons toujours autant de plaisir à lire , voir et revoir tes commentaires . Bien que n’ayant jamais été à Hué , nous avons une série de petites assiettes qui viennent de la cour de Hué (eh oui !!!) tu pourras les contempler quand tu viendras nous voir . Bises en attendant toujours votre prochain week end .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s