Laos – Partie 1 : Contexte général et anecdotes

Les quelques jours fériés de la semaine dernière nous ont permis de rechausser nos tongs et de remettre nos sacs à dos pour aller visiter durant une semaine le Nord du Laos. Trois escales au programme : un (très) bref passage à Vientiane d’abord, puis 2,5 jours à Vang Vieng et enfin 4 jours à Luang Prabang (l’une des trois « perles » de l’Asie du sud-est avec Angkor et la Baie d’Along).

Parcours : Vientiane – Vang Vieng – Luang Prabang – Vientiane

Généralités et anecdotes :

Histoire :

A l’instar de ses voisins, le Laos a évolué au rythme des guerres et mouvements ethniques de la zone Asie du sud-est.

Né réellement vers le XIIe siècle, avec l’arrivée des populations Tai depuis le Sud de la Chine, le pays du million d’éléphants est créé par Fa Ngum en 1353. Luand prabang est alors la capitale du royaume. Elle perdra ce statut en 1560 au profit de Vientiane. Le royaume de

Carte Asie du Sud Est au 16ième siècle

Carte Asie du Sud Est au 16ième siècle

Chiang Mai (dans l’actuelle Thaïlande) est même brièvement annexé sous Photisarath et Setththirath, à l’apogée du Lan Xang. Cet « âge d’or » laotien ne durera qu’une cinquantaine d’années, entre 1520 et 1560 environ. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, diverses factions partagèrent le royaume en trois. Il passa alors sous influence Chinoise, birmane et siamoise.

A partir de 1798 et de la prise de Vientiane par le général Phraya Chakri (futur Rama Ier), le pays passera entièrement sous influence siamoise, influence qui durera jusqu’en 1899 et l’intégration du pays dans l’Union indochinoise française (cet arrangement permis au Siam de rester indépendant dans cette période de colonisation grandissante).

Le pays restera sous domination française jusqu’en 1953, date de son indépendance (obtenue progressivement pendant et après la seconde guerre mondiale avec l’aide des Japonais, qui ont favorisés autant que possible l’indépendance des pays de l’Indochine française afin d’affaiblir la puissance occidentale).

Roi Savang Vattana et Reine KhamphouiLe royaume lao s’éteint le 2 décembre 1975 avec l’abdication du roi Savang Vatthana et de la reine Khamphoui sous la pression du Pathet Lao (mouvement communiste armé laotien). Ce gouvernement s’est maintenu en place depuis. Le pays s’est ouvert au tourisme depuis les années 90 et il a normalisé ses relations avec ses voisins et notamment la Thaïlande, qui garde néanmoins une influence importante sur l’économie locale.

Géographie et déplacements :

Le pays est parsemé de grandes collines et de pitons rocheux jaillissant du sol, qui ne sont pas sans rappeler la Baie d’Along terrestre au Vietnam (voir Article Ninh Binh : 9ième merveille du monde ?).

P1030484

Comptant parmi les pays les plus pauvres du monde, les infrastructures sont donc réduites et les déplacements se font en bus (pour les plus longs) et en tuk tuk, moto ou vélo (pour les plus courts). Comme vous pouvez l’imaginer, il ne faut donc pas être très à cheval sur les horaires et surtout, surtout, ne rien prévoir après un trajet, au risque de devoir annuler son parcours (8h de trajet annoncées pour le retour Luang Prabang – Vientiane, 11h en réalité).

Petits désagréments :

–          Le pays est surnommé le « 1€ Country » et force est de constater que ce doux surnom n’est pas usurpé. Loin de là. 10 000 kips valent environ 1€ et les locaux se facilitent donc la tâche en arrondissant beaucoup de choses à ce prix-là. Si ce montant peut paraître dérisoire vu de France, vu d’Asie ce n’est pas la même chose. Si bien que le Laos est probablement l’un des pays les plus chers de la zone (beaucoup plus que le Vietnam en tout cas).

–          Autre point plutôt désagréable : tout est payant. L’inconvénient est que le niveau de service attendu lorsque l’on paye est souvent misérable. Le fait que ce soit un pays pauvre ne justifie pas tout. Toutes les grottes entrevues à Vang Vieng, même les plus isolées et inaccessibles, sont payantes (malgré une absence totale de matériel ou autre une fois sur place). Lorsque l’on voit 5 grottes dans la journée, l’ardoise commence à être lourde. Mais le P1030594plus étonnant reste les pagodes. Beaucoup sont payantes et cela paraît un peu choquant. Ce sont des lieux de cultes et ils devraient donc fonctionner aux dons volontaires et non pas aux dons imposés. De Saint Pierre à Rome, en passant par Notre Dame à Paris, ou la Mosquée bleue à Istanbul, tous les plus grands lieux de culte au monde sont gratuits. Istanbul a même changé le statut de Sainte Sophie pour en faire un musée et non plus une église afin de pouvoir faire payer l’entrée. Et même les synagogues sont gratuites, c’est dire !

–          Température et ce qui va avec… : il fait très chaud dans le pays et la chaleur est bien souvent humide, surtout à Vang Vieng. C’est donc un terrain de chasse idéal pour les moustiques et autres IVNI (insectes volants non identifiés). La température est néanmoins plus clémente à Luang Prabang du fait de l’altitude (700 mètres).

Anecdotes :

–          Il reste de nombreux bâtiment attestant de la présence française. Des boulangeries, cafés et restaurants ont également poussés ci et là dans la capitale mais il est un sport, une IMGP0049tradition, que dis-je, une institution française qui est restée bien ancrée dans le pays : la pétanque !

On peut voir partout des boulodromes où s’égosillent des laotiens. Les gestes sont identiques à ceux des meilleurs marseillais, seul manque le Ricard pour que le tableau soit complet.

–          Si on croise quelques touristes évidemment (dont beaucoup d’anglophones et de jeunes voyageant seuls), nous avons croisé beaucoup moins de touristes que dans nos autres voyages. Cela nous a permis de profiter encore plus des différents sites en étant très souvent seuls.

–          Petite anecdote politique : j’ai eu une conversation avec notre guide durant la journée canoë à Vang Vieng. Il m’a demandé si en France nous pouvions vivre en couple dans la même maison mais sans être mariés. J’ai répondu que c’était possible effectivement et il m’a alors répondu : « mais vous n’avez pas de gouvernement ? ». Cela, je pense,  vaut toutes les explications du monde quant au régime actuel qui dirige le Laos !

A suivre : Laos – Partie 2 : Bouddhisme et Nature : les deux mamelles du Laos

Publicités
Cet article, publié dans Laos, Photos, Vientiane, Vang Vieng, Luang Prabang, Voyages Hors Vietnam, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Laos – Partie 1 : Contexte général et anecdotes

  1. Ping : Partie 2 : Bouddhisme et Nature : les deux mamelles du Laos | Good Morning Saigon!

  2. couture christine dit :

    toujours aussi intéressant continuez à bien visiter bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s